En raison de diverses difficultés rencontrées dans l'animation de ce site depuis sa création (octobre 2012), et des questions qui se posent alors sur sa fonction, nous avons décidé la suspension provisoire et partielle de la mise en ligne.

Pompidou en chantier 182

En chantier (Centre Pompidou Metz). Photo : Jean Agnès

 

Celle-ci reprendra petit à petit, en fonction des solutions que nous aurons trouvées. Nous prenons le temps de l'étude.

Nous devons tenir compte du travail réalisé et évaluer ce qui est à faire, ainsi que les possibilités d'une nouvelle progression. Cette synthèse remplace le point d'étape semestriel (vril et octobre).

 

Situation

Malgré la jeunesse du projet, le site a été jusqu'ici un succès en termes de positionnement et de fréquentation. L'initiative a bénéficié de divers soutiens roboratifs. Les retours sont favorables. 

Encore faut-il relativiser, et observer :

- que la position forte sur les moteurs de recherche tient peut-être à la rareté du syntagme "philosophie de l'éducation" sur la « toile » ; nous ne disposons que de statistiques quantitatives ; 

- que la fréquentation "externe" est souvent « de curiosité » ou encore, pour ceux qui utilisent le site comme espace documentaire, d’usage individuel et « consumériste »… ; cela concerne notamment la part des "ressources" (phileduc.eu) ;

- que le signalement du site reste par ailleurs encore bien modeste, et encore peu relayé par les sites spécialisés habituels dont c'est la  tâche.

- A l’analyse, l’usage actuel du site (son animation comme sa fréquentation) n’est donc pas dans l'état satisfaisant par rapport à sa charte.

 

Sur le fond. Nous subissons aujourd'hui une crise culturelle, de valeurs et de débat démocratique, profonde : celle-ci atteint la "pensée éducative", happée par le courant d'ensemble de la mutation, confisquée par les uns (les "penseurs de l'éducation"), boudée par les autres (une grande majorité des "acteurs de l'éducation scolaire" : managers politiques, idéologues associatifs notamment). Dans ce contexte,"l'offre problématique" engagée à Phileduc est sans doute anachronique : soit passéiste, soit prématurée, soit désespérée.

La question éducative mérite en effet un débat ouvert et permanent. C'est-à-dire une tout autre pratique que les juxtapositions d'informations, de considérations individuelles, les postures convenues, la défense de territoires.

Pratiquement. Les possibilités actuelles des supports d’édition en ligne permettent aussi d’envisager tout autre chose que les espaces traditionnels, sinon confinés, de l'entretien et de la propagation des idées. Alors que tout un chacun s'émerveille devant les capacités inouïes dont nous disposons, et sur l'optimisation de leurs usages, il est nécessaire de tester les solutions liées aux techniques les plus ordinairement disponibles[1].

Le projet participe donc du principe de l’accès libre et gratuit (formulé institutionnellement en « open access »), qui permet à tout chercheur un accès efficace et gratuit aux publications libres, de la même façon qu’il facilite l’échange dans la communauté. Tout en restant conscients que la pratique actuelle dans le domaine des idées éducatives n'est pas celle des projections à haut débit de flux d'analyses et d'inventions ; et en sachant les limites et les illusions du technicisme, sans compter, sans doute, les ramifications de la « néo-idéologie » dominante en la matière. 

 

Pompidou en chantier 182

 

Objectifs

La création de ce site a été motivée de diverses manières, et principalement par :

- une curiosité du l'état de l'art sous cet intitulé :

- une interrogation sur le traitement actuel de thématiques cardinales ; 

- l'absence de lieu-ressource spécifique.

Comment s’y retrouver ? La philosophie de l’éducation est à la fois marginale, alors qu’elle est censée être majeure, et devrait être une priorité pour toute formation humaniste en éducation. Et en même temps, elle est en elle-même diversifiée, plurielle. Ce site ambitionne de contribuer au fait de s'en aviser, en proposant un "parcours méthodologique" qui se construit peu à peu, avec ses thèmes, ses chapitres, ses liens, le support sur internet permettant une grande souplesse de rédaction, de mises à jour, de liens documentaires, et d’échanges. Pour le lecteur, il permet des choix, des parcours, des phases.

Pour le chercheur, l'étudiant, le spécialiste, il vise à faciliter l'organisation du travail autour d'un thème, d'une problématique, d'une documentation etc.

« En train de se faire », il est ouvert aux améliorations et au travail collaboratif.

 

Champ

Le projet Phileduc se décline en trois volets :

- une offre de réflexion sur ce que philosophie de l'éducation veut dire ; celle-ci peut elle-même consister en une recherche de définition, et être jalonnée par un "carnet de notes" sur les différentes dimensions signifiées par cet intitulé ;

- une incitation au débat sur les problèmes posés par le rapport de la "réflexivité profonde" à la situation des politiques éducatives, tous genres confondus ;

- une partie utilitaire : des ressources (bibliographie de référence, sitographie etc.), des relations avec les lieux où s’exerce aujourd’hui en francophonie la philosophie de l’éducation.

Cette part documentaire se limite ainsi :

- période contemporaine depuis 1945 ;

- francophonie.

 

Usuel

Le site entend faciliter l'accès à diverses ressources, à commencer par les bases. Il s'agit au principal de "documentation raisonnée".

- Bibliothèque

Une bibliographie de référence répertorie des titres depuis 1945. Des bibliographies thématiques pourront peu à peu prendre place, ou, quand elles existent, faire l’objet de liens spécifiques. 

- Sans doute faut-il aussi mettre en valeur les textes « fondamentaux » : Maritain, Reboul, etc., il s’agit ici de focaliser le travail sur la période postérieure à 1945 ; c’est déjà suffisant, quitte à remonter un peu en avant pour y retrouver un Alain, voire, auparavant, tout ce qui s’est « pensé » autour de la période de l’ « éducation nouvelle » ou de la figure de Ferdinand Buisson… De la même façon, les auteurs contemporains « lecteurs » des classiques… (v. cette rubrique : Comenius lu par Piaget, Condorcet par Jolibert, etc. ).

- Ressources méthodiques

Nous envisageons de mettre en ligne progressivement des "micro-dossiers" sur des thèmes intéressant la philosophie de l'éducation, de la pratique et de l'action éducatives. Ce sont des "essentiels" (ex. l'enfance, la transmission, le soin, ou l’ignorance - questions de fond toutes loin d'être épuisées, et qu'il sera toujours opportun de revisiter) ou des interrogations critiques sur les formulations majeures du discours scolaire (ex. la conception des fondamentaux, les "éducation à"), des problèmes d'actualité (le présentisme, le néo-technicisme etc.). Ces dossiers d'appel sont destinés à susciter des curiosités, des recherches et des approfondissements. C'est donc un matériel initial et incitatif. Ces modules pourront être  présentés par des spécialistes et des personnalités reconnues dans chaque domaine. Ils seront formés de textes liminaires, de liens et de documentation de base et renverront à l'état de l'art et aux ressources existantes. Ils seront bien entendu évolutifs.

Pompidou en chantier 182

 

Suggestions de programme de travail

 Consécutif au "programme" général inauguré par l'intitulé « Pour une philosophie de l'éducation », la formule « une philosophie de l’éducation pourrait se donner comme tâche »[2] pouvait en effet il y a plus de quinze ans suggérer un travail actuel de définition et d’orientation spécifiques.

- Technique et méthodique

Les moyens actuels permettent de concevoir un support souple, actualisable, et un mode d’édition et de lecture fondés sur les logiques de l’hypertexte. Ce site proposera un parcours méthodologique qui se construit peu à peu, avec ses thèmes, ses chapitres, ses liens, le support sur internet permettant une grande souplesse de rédaction, de mises à jour, de liens documentaires, et d’échanges. Pour le lecteur, il permet des choix, des parcours, des phases. « En train de se faire », il est conçu comme un usuel et est ouvert au travail collaboratif.

Ce site n'est évidemment pas la possession de celui qui l'a initié, et dont le travail est aussi une dette à tous ceux qui ont croisé le chemin, mais est ouvert à toutes les propositions d'évolution conformes à sa charte.

Le travail de mise à jour ne pourra être optimisé que par les apports motivés.

- Théorétique

La définition du champ suggère un travail de longue haleine : visée de synthèse transdisciplinaire, pluraliste.

Il est par exemple possible d'opérer un classement des notions selon leur importance : notions « du premier cercle » (le noyau sémantique des questions fondamentales) ou des périphéries (jusqu’aux questions de contingence les plus éloignées). Il s’agit notamment d'élaborer un module topographique aidant à situer les notions traitées dans les travaux se réclamant de la philosophie de l’éducation, et, pourquoi pas, les notions inédites issues de la recherche.

Comment à la fois rendre compte du pluralisme des points de vue et de la variété des postures, et en même temps suggérer un dépassement rationnel de l'hétérogénéité ? Il faut donc à la fois se retrouver dans la diversité des acceptions, et dégager les lignes de force[3]

Au-delà de l'état de l’art, de l'examen des conceptions en présence, des tendances sous-jacentes, est-il possible de dégager des "lignes pour l'avenir" ? Ce travail d'ampleur ne peut plus aujourd'hui être l'apanage d'un individu, voire d'un petit groupe. Tout au plus celui-ci peut-il se constituer en "pilote", fer de lance à même d'impulser une dynamique. L'important reste la coexpérience de pensée. 

- Pédagogique

Cette réflexion ne peut se faire sans s'appuyer sur une ressource documentaire raisonnée, aussi bien dans l'ordre bibliographique, que dans l'ordre méthodique et thématique. L'importance de ce matériel dépendra de la contribution des chercheurs et des pédagogues intéressés là par une démarche d'information et de formation.

- Politique et déontologique

Ce site défend l’idée d’une « philosophie concrète » pour aujourd'hui, dont la vocation est d’exiger un niveau suffisant de réflexivité dans toute question d’éducation. Il milite donc en faveur d'une articulation étroite entre les instances concernées. Cet idéal peut se traduire dans l'esprit de la "triade" : mais la conception actuelle est fondée sur la séparation des ordres, et le principe d'articulation des postures reste un tabou. Le chercheur, le praticien, le formateur : chacun son poste, le plus souvent individuel ou groupusculaire. Dans cette configuration fractale, il est hors de question d’articuler la réflexivité philosophique, la recherche praxéologique et  la ressource anthropologique. Quand nous aurons simplement compris la raison profonde de la résistance à cette idée simple, nous aurons franchi un pas décisif pour mettre en œuvre une "vérité pratique" en ce sens. Parmi les tâches prioritaires, donc, celle de renouer avec les synergies élémentaires.


 


[1] Le potentiel technique actuel fait donc entrevoir de nouvelles formes de l'entretien : en même temps, les formules traditionnelles, pour diverses raisons, tiennent bon. Et tout n'est pas là en soi passéiste ou inadapté… ce n'est pas une raison pour s'y cantonner.

[2] v. Agnès 1999 et sqq.

[3] Rappelons ici les pistes ouvertes par la Sofphied* (v. le rapport moral d’Anne-Marie Drouin-Hans, 2009) :  "Il faudrait aussi continuer la réflexion sur ce que recouvre l’expression de « Philosophie de l’éducation » (…) Il est nécessaire périodiquement de revenir sur une réflexion au second degré permettant d’éclairer et d’identifier les divers aspects de nos démarches et objectifs".