Le site phileduc est consacré à la philosophie de l’éducation. 

Il est actuellement mis en veille en vue de restructuration. 

Toute suggestion bienvenue. Nous répondons à toute demande d'information.

 philo.educ at laposte.net

www.phileduc.fr

www.phileduc.eu

 

 

Phileduc est un support francophone en ligne de réflexion et de ressources sur les questions relatives à la philosophie de l'éducation. Ce n’est ni un organe institutionnel, ni un blog.

C'est un site expérimental consacré à la discussion en définition de ce que philosophie de l'éducation veut dire.

- insister sur la nécessité d’une dimension pde dans les débats sur l’éducation, notamment su sein d’une triade « pédagogie/anthropologie/philosophie »

- ouvrir un espace de réflexion et d’études sur les conditions d’une pde « pour aujourd’hui » : enjeux des « nouvelles donnes »,

- proposer en ce sens une documentation appropriée : textes, bibliographies, liens,

 

Techniquement, le site permet des parcours pluriels, internes et externes, et des ouvertures que n’autorise pas le document « arrêté ».

 

Le travail s'y est développé selon notamment trois principes : la connaissance du domaine ; l'exigence critique ; l'indépendance des enjeux.

La connaissance du domaine. Le rappeler n'est pas inutile : c'est la condition sine qua non pour éviter le piège des préjugés qui attellent parfois cet intitulé à des catégories convenues ;  des travaux et des textes importants ne sont pas tous exhumés ni mis en exergue…

L'exigence critique. Il ne s'agit pas d'approfondir des thématiques particulières sans mesurer les paramètres de leur constitution. Il est ici fait référence à la tradition de rationalité et d'esprit d'examen, à même de nous aider à distinguer ce qui relève de l'opinion, de la doxa ou de l'idéologie.  

L'indépendance des enjeux. Notamment immédiats, à caractère éditorial, corporatif ou politique…

Plusieurs raisons nous ont incités à proposer une telle étude à frais nouveaux. Outre l'absence remarquable de l'instance philosophique dans les politiques et les débats realtifs à l'éducation instituée.

1) Les limites du genre méritent d'être précisées, les catégories revisitées. Il faut aller vers une synthèse d'ensemble, sachant que celle-ci ne sera jamais que provisoire.  

2) Les nouvelles donnes. La mutation en cours suggère de chercher quels sont les modes d'interrogation convenables pour un monde en gestation, et d'identifier les questions nouvelles correspondantes.

3) La dimension épistémologique. Le questionnement philosophique n'est pas en soi d'ordre scientifique. Se demander à quelles instances du type renvoie le questionnement éducationnel, sachant que les sciences humaines actuelles sont en grande partie orientées à un même stade épistémique, qui ne peut être considéré comme panacée pérenne. 

4) La fonction. Quelle pourrait-elle être idéalement ? On le voit dans les péripéties actuelles des politiques et des opinions scolaires, la place de la philosophie de l'éducation conçue comme "ensemble de prise de distance" et force de régulation des passions est quasi nulle. Quelle serait la démarche qui pourrait contribuer à l'habiliter ? 

Le site accueille donc les contributions dans ce sens.

Il ne peut s'agir d'une entreprise individuelle. Les textes et articles présentés sur cet espace n’ouvrent pas aux commentaires.

Par contre, le site est disponible au travail, et ouvert à qui souhaite contribuer à la tâche définie par la charte, en intervenant comme auteur. 

Pour nous joindre : philo.educ at laposte.net

 

 

 

N.B. Il est actuellement mis en veille. La plus grande partie du matériel éditorial est hors ligne.

Le site est restructuration.

 

Toute suggestion bienvenue.

 

philo.educ@laposte.net